Le jour où j’ai acheté ma robe d’Avocat…
Divers

Le jour où j’ai acheté ma robe d’Avocat…

Samedi 6 janvier 2018. Ça y est, nous y sommes, c’est le grand jour : je vais acheter ma robe d’Avocat.

Et dire que le temps me paraissait extrêmement long il y a encore quelques mois et que je me disais que je n’arriverais jamais au bout de mes études ! C’est finalement arrivé plus vite que prévu. Je commence à prendre conscience que dans un mois, je porterai le titre d’Avocat.

Dans quelques semaines, je prêterai serment. Il est donc temps que je m’intéresse aux boutiques qui proposent des robes d’avocats. Il y a en a tellement que je ne sais quel fabricant choisir. Je prends le temps de me documenter pour savoir dans quel magasin aller : après tout, on n’achète pas une robe d’Avocat tous les jours…

Mon entourage me conseille l’Artisan Costumier. J’appelle pour connaître les horaires et savoir s’il faut prendre rendez-vous : la personne qui me répond est extrêmement chaleureuse, c’est un premier point positif. Elle me conseille de venir le samedi en fin de matinée pour espérer pouvoir faire mon choix tranquillement.

Pour l’occasion, mes parents, ma grand-mère et ma sœur, émus, m’accompagnent. Ils n’auraient manqué pour rien au monde ce moment dont ils rêvent depuis si longtemps.

Nous rentrons tous dans le magasin qui se trouve rue Condé, dans le 6ème arrondissement : il n’y a personne, ce qui va me permettre de prendre le temps de faire mon choix. Un vendeur nous accueille, me montre les différents modèles de robes confectionnées par les couturiers et prend mes mesures.

Il y a une très bonne ambiance, le vendeur est assez drôle, chacun d’entre nous est détendu et attentif à ce que le vendeur m’explique, pour pouvoir me conseiller. Je suis perdue dans ses explications, bien que très claires, tellement il y a de choix possibles.

Il y en a pour tous les prix et tous les goûts. Je vois qu’il est possible de personnaliser ma robe avec une multitude options auxquelles je n’aurais jamais pensé. Par exemple, je découvre les boutons aimantés : c’est un gain de temps considérable ! Il y a aussi différents types de textiles : il est vrai que le rendu est différent d’un tissu à l’autre, aussi bien au visuel qu’au toucher.

Je suis complètement perdue. Je ne pensais pas qu’avec un bout de tissu noir, il était possible de créer autant de possibilités. Pour moi, les robes d’Avocat étaient toutes quasiment identiques. Mais tout est justement dans le « quasiment ».

Le vendeur me fait essayer les différents modèles. Je vois un immense sourire de satisfaction sur chaque visage de mon entourage. Les appareils photos sont de sortie. Moi-même je ne peux m’empêcher de sourire. Au-delà d’être un moment de fierté pour ma famille, c’en est un pour moi : c’est la consécration de près de sept ans d’études. Avec la robe sur les épaules, je réalise que j’entre dans la cour des grands et je commence à prendre conscience du poids des responsabilités que ça impliquera.

J’opte pour une robe en microfibre, réputée quasiment infroissable, qui me paraît légère, fluide et confortable. Ma grand-mère me fait rire : elle est rassurée car elle trouve la robe suffisamment large pour les jours où nous serons deux dedans.

Le vendeur me montre ensuite les rabats. Là encore, il y a en une dizaine, ce que je ne pensais pas possible. Certains doivent être repassés, d’autres non. Il y a même certains modèles dits féminins et d’autres, masculins. Sur les conseils de ma maman, je choisis un rabat réversible, pour pouvoir changer en fonction de mon humeur !

Nous passons aux finitions que sont la doublure, le passepoil et la broderie pour l’inscription de mes initiales. Etant donné que j’aime le rouge, je choisis cette couleur mais uniquement en haut de la robe. J’opte pour un passepoil et une broderie de la même couleur. Je demande au vendeur d’inscrire mon nom et mon prénom en entier, pour éviter qu’une autre personne, qui aurait les mêmes initiales que moi, ne confonde ma robe avec la sienne. On ne sait jamais…

Pour finir, je choisis les boutons recouverts du même tissu que la robe, encore une option à laquelle je n’avais pas pensé et qui, pourtant, fait toute la différence !

Après une heure dans le magasin, mon choix est fait. Bien évidemment, toutes les options « internes » ne se verront pas pendant que je plaiderai mais j’aurai une robe sur-mesure qui me ressemble et que, j’espère, je garderai pendant des années ! En tous cas, je ne suis pas prête d’oublier ce moment que j’ai pu partager avec mes proches.

Et vous, comment avez-vous vécu cette expérience ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *