Le jour où j’ai prêté serment…
Divers

Le jour où j’ai prêté serment…

Jeudi 8 février 2018. Cela fait quelques mois que j’attends cette date avec impatience et appréhension, avec ma collègue qui s’apprête également à prêter serment le même jour que moi. Alors que l’attente nous paraissait extrêmement longue, nous arrivons déjà à la date tant attendue, si bien que nous n’en revenons pas.

La veille, nous sommes sur un petit nuage : nous réalisons peu à peu que le lendemain, nous pourrons avoir le titre de « Maître ». Nous avons du mal à rester en place et à nous concentrer sur nos dossiers tellement nous ne pensons qu’à ça !

Le midi, nous allons chercher nos robes d’avocates chez l’Artisan Costumier. La mienne est prête, tandis que la sienne n’est pas encore arrivée. Le vendeur lui en prête une en attendant.
Nous mettons nos robes, nous nous regardons dans le miroir avec un large sourire et nous prenons des photos, moment que nous nous remémorerons probablement dans dix ans ! Nous partageons notre excitation avec le vendeur qui nous écoute avec bienveillance.

Ma robe est magnifique, le tissu est soyeux et l’intérieur, rouge bordeaux, est sublime. Mon nom et prénom, brodés en rouge à l’intérieur, me rappellent que cette robe est bien la mienne. Elle est encore plus belle que ce que j’espérais.

Le soir, quand je rentre chez moi, je mets ma robe sur un cintre et je l’accroche sur la porte d’entrée, pour être sûre de ne pas l’oublier le lendemain (on ne sait jamais !). Je reste un petit moment devant : je n’arrive pas à y croire, j’ai l’impression que c’est irréel. Je m’endors avec émotion et impatience.

Le lendemain matin, l’excitation est à son comble. Je n’arrive pas à me décider sur la tenue que je dois porter : je me rassure en me disant que de toutes façons, ça ne se verra pas ! Pour l’occasion, je sors des escarpins que j’emmène dans un sac vu qu’il neige et que le sol est verglaçant.

J’arrive devant le Palais de Justice à 10h30. Je croise ma collègue qui attend ses proches. Les miens sont déjà dans la file d’attente. Bien que la cérémonie débute à 13h30, il m’a été conseillé de dire à mes proches d’arriver vers 10h00-10h30 pour s’assurer qu’ils puissent avoir une place à l’intérieur de la salle d’audience.

De voir mes proches et de discuter avec eux me rassure, bien que je trépigne d’impatience. Pour l’occasion, ma maman, toujours très bien organisée, a emmené du thé à la menthe dans un thermos et des parts de quiche, la cérémonie devant durer jusqu’à 16h environ. Au bout de quelques minutes, je me dirige vers l’entrée des professionnels. Mes proches me rejoignent ensuite à l’intérieur du Palais.

Il est 11h et nous sommes les premiers arrivés devant la 1ère chambre de la Cour d’appel. En attendant, je leur fais une petite visite du Palais afin qu’ils puissent avoir un aperçu de mon quotidien. Ils sont émerveillés par la beauté des salles. Je croise ma collègue qui me présente les membres de sa famille qui, eux aussi, sont extrêmement fiers d’accompagner leur fille pour ce grand jour.

A 11h50, nous nous postons devant la 1ère chambre de la Cour d’appel où doit avoir lieu la cérémonie de 13h30. Des personnes commencent à arriver et à faire la queue. Je me dirige, avec ma collègue, au vestiaire car nous sommes convoquées à 12h00 à la bibliothèque des avocats. J’y dépose mes affaires et je mets ma robe. Comme les autres élèves avocats qui me précèdent, je me sers du miroir pour la réajuster et pour vérifier que je suis bien présentable. Devant cette glace, j’ai du mal à me dire que dans quelques minutes, je ne serai plus élève avocate.

Nous sommes une quarantaine d’élèves avocats à prêter serment ce jour là et nous avons tous un large sourire aux lèvres qui est synonyme de bonheur et fierté. De temps à autre, je suis perdue dans mes pensées qui me propulsent quelques années en arrière alors que j’étais encore étudiante et que je me plaignais des études.

Nous nous dirigeons ensuite vers la bibliothèque des avocats que je découvre pour la première fois et qui est tout simplement sublime. En échange de notre carte d’identité, on nous remet une épitoge herminée ainsi qu’un nœud papillon pour les messieurs. Une photographe nous prend en photos un par un. Je ne suis pas très à l’aise avec cet exercice mais je joue le jeu comme tous les autres élèves avocats.

Il est 12h45, l’heure de la prestation de serment approche à grand pas. Il y a quelques retardataires que nous attendons avant de nous diriger vers la Cour d’appel. On nous place ensuite en rang, par ordre alphabétique. Je fais connaissance avec ceux qui sont près de moi et nous partageons notre excitation. A mon grand soulagement, je serai la troisième à prêter serment. J’appréhendais de devoir passer en premier, d’autant plus qu’un des associés du cabinet m’avait fait croire qu’en tant que première sur la liste, je devrais réciter le serment.

12h55. Nous descendons en direction de la 1ère chambre de la Cour d’appel. Nous passons devant tous nos proches qui, pour la plupart, nous voient en robe pour la première fois. Je fais un signe à ma famille qui est émue. J’entends mon frère dire qu’il a bien fait de prendre sa journée. Les appareils photos sont tous de sortie. Nous entrons ensuite dans la salle d’audience et nous prenons place. La Bâtonnière nous explique le déroulement de la cérémonie.

Une fois assis, les portes s’ouvrent et tous les proches sont invités à s’installer sur la mezzanine ou au fond de la salle. Ma famille, qui est entrée quasiment en premier, s’installe sur la mezzanine, juste au dessus de moi, ce qui lui permet d’avoir une vue idéale pour la prise de photos.

13h32. La Présidente de la Chambre, les Assesseurs, le Procureur et le Greffier entrent dans la salle. Nous nous levons tous. Je sens que j’ai la gorge nouée, l’émotion me gagne. Quand je me retourne, je vois que les yeux de ma collègue sont embués de larmes. Après les discours de la Présidente de la Chambre, du Procureur et de la Bâtonnière, la Présidente nous appelle un par un. A l’annonce de mon nom, je m’avance vers la Cour, je lève la main droite et dis haut et fort « Je le jure ». Je me dirige ensuite vers le fond de la salle, en jetant un regard furtif à mes proches. Je ne peux m’empêcher de sourire. C’est enfin le jour de la concrétisation de 7 ans d’étude.

La cérémonie s’achève vers 14h00. Je rejoins mes proches devant la salle. Ma maman me prend dans ses bras et me dit qu’elle est très fière de moi. Je sens que mon père et mes frères et sœur sont également émus. Nous rejoignons ma collègue et ses proches. Pour l’occasion, un des associés du cabinet est également présent et nous félicite. Nous prenons des photos tous ensemble, dans la joie et la bonne humeur.

On nous invite ensuite à nous rendre tous ensemble à la bibliothèque des avocats où la Bâtonnière et un Secrétaire de la Conférence font un discours sur la profession d’avocat et nous remettent une attestation d’inscription au Barreau de Paris sur laquelle je vois écrit « Sheherazade AQIL, Avocate à la Cour ».

Je contemple cette phrase pendant quelques secondes et je commence à réaliser qu’à partir de ce jour, une nouvelle vie s’annonce : la vie d’avocate …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *